mardi 30 octobre 2012

[Ambre Dubois] Absinthes & démons

Titre : Absinthes & démons
Auteur : Ambre Dubois
Editeur : Editions du Riez
Nombre de pages : 184
 
« Qui est réellement Lord Nermeryl ? Le diable, comme le laisse sous-entendre la rumeur ? Ou un jeune dandy un peu trop excentrique dont le passe-temps morbide est d’enquêter sur des affaires surnaturelles ?
Au fil des énigmes, en compagnie de sa fidèle compagne, la Corneille, le jeune homme goûte la saveur des âmes des êtres humains, découvrant les travers de l’humanité et y apportant sa propre justice… d’une manière bien singulière… »


Vous aimerez :
- le côté roman feuilleton
- l'ambiance magique et désuète
- le personnage de la Corneille
- les enquêtes

Vous n'y trouverez pas :
- beaucoup d'émotion
- une forme romanesque véritable
- un fil rouge très clair
- un héros vampire

Mon avis ?
Je m'attendais à un roman, au final c'est davantage à un recueil de nouvelles feuilletonesque auquel j'ai eu affaire. C'est assez drôle de constater que, dans les remeciements, l'auteur qualifie son oeuvre de "roman" et non de recueil. Comme quoi les frontières entre les genres et les formats dépendent vraiment des perceptions personnelles. :)
Le recueil, donc, se compose de neuf nouvelles, neuf récits entrelacés tournant tous autour du même duo de personnages : Lord Nermeryl et sa Corneille, qui prend parfois l'apparence d'une belle jeune femme.

Je dois avouer ici que j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher au héros, Lord Nermeryl, qui à force de mystère et de séduction restait hors de portée de ma compréhension : à la moitié du livre, je ne comprenais pas ses motivations, il avait l'air sans peur et tout puissant, ni bon ni mauvais... bref, un personnage dont il est difficile de se faire une idée tant il dévoile peu ses émotions, ses pensées, son passé, ses objectifs. C'est le gros reproche que j'aurais à faire à ce livre, et c'est bien le seul. C'est un peu dommage car c'est lui qui est le héros de chaque nouvelle, c'est lui le fil rouge, et l'ouvrage perd un peu en saveur du coup.

C'est aux deux dernières nouvelles qu'il se révèle enfin, qu'on entrouvre la porte sur ses sentiments et ses pensées, et... waouh ! Le lien avec la Corneille, entre amitié et amour, au départ un lien hiérarchique, prend de la consistance et éclaire sous un nouveau jour les précédents récits, nous donnant les clés de compréhension de certains éléments restés jusque là obscurs.

Il n'empêche que j'ai savouré cette lecture, pour le style généralement très soigné de l'auteur, ses ambiances désuètes, aux parfums délétères de rose fanée, avec ses tournures un peu vieillottes. Quelques répétitions voyantes, au détour de quelques pages, mais rien qui ne gâche la lecture. J'ai particulièrement apprécié l'ambiance glacée et glaçante des nouvelles, le choix des lieux, des expressions pour les décrire... le travail fait que les ambiances est comparable à celui d'un orfèvre, c'est ici encore une réussite !

Chaque nouvelle a sa propre ambiance, et sa propre enquête policière. Car notre Lord est en effet détective, littéralement "invoqué" par ses mandataires, du moins dans une certaine mesure. Il n'est pas humain, on le comprend à la première nouvelle, et les révélations sur sa nature sont progressives – peut-être un peu trop, comme je le signalais plus haut. Au départ, j'ai crû avoir affaire à un vampire, mais en fait, c'est bien plus compliqué que cela... ;-)

Comme nouvelle, je retiens en particulier L'orgue, qui m'a envoûtée et fait frissonner, et m'a surprise avec sa fin inattendue, ainsi que la nouvelle qui clôt le recueil, à savoir La solitude de Lucifer. A la fois poignante, effrayante et bien écrite, délicatement ambiancée, c'est ma préférée je crois.

En somme, un recueil de nouvelles, format romancé, qui ne m'a pas laissée indifférente malgré le trop plein de mystères autour du personnage principal. Une plongée dans l'obscur, le mystérieux, le surnaturel, via la plume toujours aussi maîtrisée d'Ambre Dubois, que je vais continuer de suivre... prochaine étape de lecture pour moi : le tome 2 de sa série Les soupirs de Londres, aux éditions du Petit Caveau !

3,5/5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire