samedi 29 juin 2013

[Andréa Schwartz] Kel 1

Titre : Kel, tome 1 : Noir et blanc
Auteur : Andréa Schwartz
Editeur : Rebelle
Nombre de pages : 480 pages

A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre.
Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance.
Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les monstres qu’elle avait imaginés…
 
 Vous aimerez :
- les personnages bien campés
- les scènes de batailles très maîtrisées
- l'histoire d'amour inattendue
- les clichés inversés

Vous n'y trouverez pas :
- beaucoup de personnages féminins
- de magie
- un travail éditorial soigné
 
Mon avis ?
Ce roman me tentait depuis un long moment et je ne regrette définitivement pas d'avoir sauté le pas : Kel est un excellent récit de fantasy mâtiné d'asiatisme. En outre, loin de faire l'apologie de l'héroïsme guerrier, il montre au contraire à quel point les héros sont ceux qui restent en arrière pour arrêter le massacre. J'ai énormément apprécié ce côté réflexif de l'histoire sur elle-même, un thème profondément ancré dans le roman, qui s'exprime à travers tous les personnages, Shelun la Cheveux-Noirs en premier bien entendu.

Parlons-en, de Shelun. Elle n'a que 16 ans quand elle s'engage dans l'armée, travestie en homme, et elle va survivre à son entraînement militaire, ce qui n'est déjà pas rien. Son ascension très rapide dans la hiérarchie (elle ira jusqu'à aide de camp, ce qui n'est pas rien) est autant là pour démontrer l'égalité homme-femme que pour nous plonger davantage dans les tréfonds de l'univers soldatesque. Un univers d'ailleurs bien développé, où la jeune et naïve Shelun découvre presque dès le premier soir que les hommes sont loin d'être les princes charmants qu'elle imaginait (et si jusque là vous espériez un copier-coller de Mulan, passez votre chemin, c'est pas du tout ça !). En effet, ses "amis" soldats la prennent pour un homme, bien entendu, c'est pourquoi il la tirent dès le premier soir avec eux dans un établissement du quartier des plaisirs, certes de luxe, mais où la réalité reste aussi sordide qu'ailleurs ! C'est dans cet établissement que Shelun fera la connaissance du second personnage féminin important de cette saga : une kael'run (une prostituée de luxe, en fait) qui comprendra dès le premier regard que le soldat face à elle est en fait une fille... et qui l'aidera, dès lors, à préserver son secret (vous verrez comment, c'est assez marrant en fait ;-)).

J'ai un moment pensé que l'histoire d'amour évoquée par un extrait de chronique placé en 4e de couv se déroulerait entre ces deux femmes-là, mais non. L'histoire continue, s'étire, et toujours pas trace d'amourette dans les 200 premières pages. On cherche, on fait des hypothèses, on scrute les très nombreux personnages masculins qui défilent et interviennent dans la vie de Shelun sur le camp... jusqu'aux premières grandes batailles de sa vie, des batailles qui changeront définitivement tout ce en quoi elle croit. Je ne vais pas dire pour quelle raison sous peine de vous enlever tout le plaisir de la découverte de l'identité de l'amant de Shelun, mais soyez avertis : vous serez surpris(e) ! ;-) D'autant plus que cette histoire d'amour est surprenante de bout en bout.

A ce propos, les scènes de bataille sont superbement décrites. La première, tout particulièrement, m'a happée pendant vingt pages. J'en suis ressortie essoufflée, presque pantelante, tant le fracas des lances et le tonnerre des canons m'avaient piégé entre ces pages, suspendue au destin de Shelun.
Les batailles décrites restent très classiques, dans le sens où vous n'y trouverez pas de trace de magie ni de faits héroïques surréalistes : il y a certes quelques percées dans le camp ennemi mais rien d'irréaliste, et c'est ce que j'ai beaucoup apprécié dans ce roman : la volonté de l'auteur de coller d'aussi près que possible à l'ambiance d'un camp militaire, d'un rythme de vie soldatesque, à l'horreur cotonneuse d'un champ de bataille...
Après, ces batailles sont nombreuses et, au bout d'un moment, je dois avouer avoir été lassée. Heureusement, l'auteur ne fait pas durer plus que nécessaire et l'histoire retrouve bientôt un rythme entraînant, qui n'est plus seulement martelé par le rythme lent et répétitif des batailles qui s'enchaînent et se ressemblent (ça ne dure pas plus de 50 pages je vous rassure ^^).

Avant de conclure ma chronique, je voulais revenir sur le travail éditorial des éditions Rebelle. Il y a beaucoup de choses chouettes dans leurs choix éditoriaux : leurs maquettes (internes et externes) sont sublimes, le choix de papier est toujours judicieux, et leurs livres sont de vraies petits bijoux tant ils sont beaux ! Les couvertures sont d'un goût sûr et réalisées avec brio. A tout cela, vous le voyez, j'adhère sans réserve. Ce qui me chagrine, c'est la surabondance de fautes de frappe, de grammaire et de français qui émaillent le texte. J'ai quand même trouvé un "@" dans un mot ("v@oix", page 136 de Kel), des virgules mal placées, des mots inversés ou oubliés, des phrases sans point, de grosses fautes de participes passés... c'est vraiment dommage. Rebelle semble mettre un point d'honneur à réaliser des livres-objets magnifiques, alors ce serait bien d'aller jusqu'au bout et d'investir dans un correcteur-relecteur digne de ce nom. A bon entendeur ! ;-)

Pour conclure sur une note beaucoup plus positive... j'ai été enthousiasmée par ce premier tome et j'attends avec impatience la suite ! De l'ambiance asiatique aux personnages bien campés, j'ai tout aimé, tout adoré, et je n'ai qu'une hâte : savoir si le cycle de la vengeance prendra fin entre les deux nations ennemies, et si l'histoire d'amour entre Shelun et son amant trouvera une fin heureuse elle aussi. Ce premier tome de près de 500 pages nous laisse sur notre faim, tant les questions en suspens sont nombreuses... et tant le destin de Shelun ne tient qu'à un fil, au cours des dernières pages.

A quand le tome 2, alors ? ^^

 4,5/5

Un grand merci aux éditions Rebelle pour ce service presse si généreusement offert. :-)

2 commentaires:

  1. Malgré les coquilles, tu donnes bigrement envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'est un vrai bon roman, faut pas hésiter ! ;-)

      Supprimer