mardi 18 août 2015

[Marianne Stern] Smof og Germania

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.

À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française - et pour cause : on dit qu'il n'a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’œuvre.
Une poursuite infernale s'engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s'il ne s'agissait pas en réalité d'un gigantesque complot, qui se développe dans l'ombre depuis trop longtemps.

 Le steampunk est un genre en plein essor, en francophonie comme ailleurs. Pendant un moment, il a peiné à se renouveller mais, depuis un an je trouve, il a su peu à peu se transformer en quelque chose de nouveau. Ainsi, dans le genre "classique sur le fond mais hyper original dans le traitement", je vous donne... Smog of Germania de Marianne Stern !

Typiquement, on y retrouve tout ce qui est steampunk et assez classique au demeurant : grosses machines et petits rouages dans le quotidien, machines rigolotes et dangereuses, science sans conscience, êtres hybrides, société riche VS société pauvre, lutte des classes, aventures à toute berzingue... mais le contexte en lui-même nous change déjà de l'ordinaire : foin de l'Angleterre victorienne, nous sommes en Allemagne à la veille de ce qui serait la Première Guerre mondiale si nous nous trouvions dans notre espace-temps ! C'est ce contexte très différent ainsi que la magnifique couverture qui m'ont tout d'abord attirée. Je n'ai même pas lu la 4e de couverture en l'achetant, et encore une fois, j'ai bien fait de faire confiance à mon instinct. Si ce roman n'est pas un coup de cœur, je n'en ai pas moins passé un très bon moment de lecture. :-)

En fait, au début, j'ai eu peur car... j'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire. L'écriture est travaillée, et je m'y suis un peu perdue à cause des personnages trop nombreux pour moi dès le début, ainsi qu'à cause du contexte politique difficile à comprendre... en fait, je manquais d'éléments contextuels : les personnages arrivaient en masse mais l'auteur ne présentait aucunement leurs motivations, ils étaient tous très mystérieux – opaques dirais-je. Cela m'a longtemps tenue hors du livre... et puis, vers la page 50, le déclic : l'auteur nous en dit enfin plus sur ce qui se passe dans la tête de chaque personnage, l'intrigue se lance, tout s'accélère, et par conséquent j'ai dévoré le roman d'une traite à partir de là ! ^^

Complots politiques, trames personnelles, vengeances tellement froides qu'elles en deviennent glaciales... et personnages charismatiques à souhait ! Un coup de chapeau, notamment, aux jumeaux qui sont l'espion en chef du Kaiser d'une part, et son exécuteur d'autre part. Le premier humain, le second à moitié machine. L'histoire entre ces deux-là et le Kaiser est surprenante et bien amenée, et les jumeaux apparaissent dès le début comme plein de surprises et surtout très charismatiques. L'héroïne est sous leur charme (sans que cela soit forcément réciproque ni développé, vous êtes prévenus, ce n'est pas ici une histoire d'amour ^^), et nous aussi en fait. Ce sont eux, je pense, les gros points forts du roman. Ils se trouvent d'ailleurs sur la couverture, de part et d'autre de l'héroïne.

L'héroïne, justement... je n'ai que moyennement accroché à elle, pourtant elle avait tout pour me plaire, naïve au début avec une belle évolution ensuite où elle prend conscience des vices de la société et de sa propre famille, vices qu'elle affronte sans chouiner ! Mais je ne sais pas, la sauce n'a pas pris. J'ai quand même tremblé pour elle, mais c'était plus par soif d'aventure que par véritable empathie. A mon avis, c'est la faute des jumeaux : ils sont extrêmement charismatiques et l'écrasent un peu par leur présence à travers tout le récit.

Lecture laborieuse au tout début puis excellente par la suite, je ne peux pas qualifier ce roman de coup de cœur ; je n'en garderai pas moins un excellent souvenir de lecture ! Je l'ai dévoré en veillant tard le soir, accrochée à chaque page à cause du suspens qui va croissant, émue par les personnages aux destins bouleversants. Marianne Stern livre ici un roman au rythme entraînant, aux personnages charismatiques et à l'univers extrêmement bien développé. Son écriture est finement travaillée, entraînante et rythmée, j'ai déjà hâte de lire un autre roman de sa plume, steampunk ou non !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire