lundi 26 mai 2014

[Collectif] Montres enchantées

Titre : Montres enchantées
Auteur : Marie Angel, Marie Lucie Bougon, Esther Brassac, Fabien Clavel, Sophie Dabat, Hélène Duc, Clémence Godefroy, Cécile Guillot, Claire Stassin, Geoffrey Legrand, Lucie G. Matteoldi, Pascaline Nolot, Laurent Pendarias, Marine Sivan, Marianne Stern, Vincent Tassy, Adeline Tosello
Editeur : Editions du Chat Noir
Nombre de pages : 396 (en version papier)

Indécis entre fuite et union, le temps est un amant insaisissable. Omniprésent, dès qu’on le regarde, il s’efface pourtant, déjà évanescent. Inlassablement, il permet croissance ou use jusqu’à l’extinction. L’être humain pourchasse depuis toujours ce dieu créateur et destructeur, en quête de son asservissement. Secondes, minutes, heures… L’esprit cartésien a beau le fractionner, il n’en demeure pas moins incontrôlable.
Et si la relecture de notre passé, de notre culture, ou encore du progrès scientifique nous en accordait la maîtrise, l’Homme saurait-il mieux gérer son temps ?
Plongez-vous sans perdre une minute dans cette anthologie et peut-être, parmi ses pages, percevrez-vous le tic-tac de ces montres enchantées.




Vous aimerez :
- la superbe couverture et la maquette élégante
- la variété des approches, des styles
- découvrir de nouvelles plumes de talent, complètement inconnues jusqu'à lors
- l'excellence générale des textes

Vous n'y trouverez pas :
- de texte déprimant !
- de hors-sujet
- de texte qui renouvelle le genre ou sorte de la sphère européenne

Mon avis ?
Le steampunk a la côte en ce moment, et le nombre de publications dans le genre ne cesse chaque mois d'augmenter (oui, à ce point !). Les éditions du Chat Noir inaugurent leur collection "Black Steam" avec cette anthologie sur le thème des montres et autres mécanismes temporels enchantés... et je dois dire que c'est une réussite. Sans être un coup de cœur, cette anthologie a su me faire voyager, rêver, rire et frémir !

Le voyage commence avec la magnifique couverture sépia signée Catherine Nodet, qui réussit à rendre chaudes des couleurs pourtant assez froides... joli ! Il se poursuit avec des textes très bien agencés : on constate une progression logique, un fil rouge suivi, en même temps que le soin apporté aux variations de rythmes, d'ambiances, de types, etc. Le tout donne une anthologie assez équilibrée, qui comporte pas moins de dix-sept nouvelles. Parmi elles, beaucoup de plumes inconnues, dont certaines trèèèès belles surprises et d'autres moins (deux ou trois textes n'avaient à mon sens pas leur place dans cette anthologie, car pas assez aboutis, mais c'est peut-être une question de goût...). Mis à part cela, le seul reproche que j'aurais à faire, éventuellement, c'est le manque de curiosité culturelle des auteurs : toujours l'Angleterre, ou Paris, et toujours le 19e siècle... je veux bien que le steampunk plonge ses racines dans l'Angleterre victorienne mais un peu de changement ne serait pas malvenu, d'autant plus que si je trouvais original de croiser Sherlock Holmes à travers les textes steampunk, je commence à trouver ça lassant... néanmoins, dans l'anthologie, deux ou trois textes brisent la monotonie de cette uniformité victorienne, et je vais d'ailleurs vous en parler. ^^

Si je devais ne retenir que quatre textes, ce seraient...
* Tourbillon aux Trois Ponts d'or, de Fabien Clavel : un mystère à huis-clos, une bulle temporelle dans laquelle un inspecteur et son assistant se retrouvent enfermés malgré eux... tout pour me plaire ! La fin de la boucle temporelle ne prendra fin que s'ils découvrent pourquoi le macchabée dans la pièce est mort. Le style est fin, ciselé. Le décor travaillé. Les personnages surprenants. Et la résolution du mystère... pas évidente ! Une nouvelle dans la plus pure tradition du mystère à huit-clos, j'ai adoré !
* Je reviendrai..., de Laurent Pendarias : auteur inconnu au bataillon, qui explore le thème du paradoxe temporel avec des machines envoyées dans le passé pour tuer un homme... nul autre que Kant ! J'ai adorer croiser ce personnage, le voir jouer de rhétorique et de philosophie. Le style est maîtrisé, le décor original, l'intrigue simple mais efficace... et la chute inattendue !! Très belle plume, j'espère en lire davantage de sa part à l'avenir !
* Le Club des érudits hallucinés, de Marie-Lucie Bougon : voilà un texte difficile à résumer sans vous gâcher le plaisir de la découverte... disons qu'il s'y trouve un soupçon de S.-F. à cause de son thème principal (les machines ont-elles une âme ?), mais que sa principale force réside dans sa galerie de très nombreux et très attachants personnages ! Tous sont croqués tour après tour, et cette série de portraits à l'ancienne mode de la fin du 19e siècle m'a vraiment émue et charmée. Plume inconnue au bataillon, là encore, et pareil, j'espère en lire plus très bientôt.
* When Times Drive You Insane, de Lucie G. Matteoldi : encore une première publication pour une auteur inconnue, et... woaw !! Certainement ma nouvelle préférée d'entre toutes, qui mélange drame, mythologie grecque et steampunk. Il s'agit ni plus ni moins que d'une réécriture steampunk du mythe d'Orphée et d'Eurydice, et tout, de la forme à l'intrigue, regorge de surprises et d'originalité. C'est beau, émouvant, très bien écrit. Bref, je crois que c'est ma nouvelle préférée de toute l'anthologie !

J'ai également aimé d'autres nouvelles, comme Et depuis, je compte les heures, qui ouvre l'anthologie, ou The Pink Tea Time Club, qui nous présente l'univers de la série numérique éponyme de Cécile Guillot (également publié aux éditions du Chat Noir). Pacte mécanique était également une belle découverte.

Vous l'aurez compris, Montres enchantées est une sympathique anthologie où tout le monde devrait trouver son compte, à condition bien entendu d'aimer le steampunk. A conseiller aux férus du genre, comme à ceux qui souhaiteraient s'y initier. ^___^

Aucun commentaire:

Publier un commentaire